72è Assemblée Générale de l’ONU : La Côte d’Ivoire adhère à « l’initiative Spotlight »

« L’initiative “Spotlight ” » de l’Union européenne (l’UE) et des nations unies est un fonds d’investissement innovant en matière d’égalité hommes-femmes »

Membre de la délégation du Président de la République, à la 72ème Assemblée générale de l’Organisation des nations unies (Onu) à New-York, la ministre de la Femme, de la Protection de l’Enfant et de la Solidarité (Mfpes), Professeur Mariatou Koné, a pris part au lancement de « Spotlight Initiative mondiale » pour l’élimination de la violence contre les femmes et les filles, organisée par l’Union Européenne et les Nations Unies.

A cette occasion, António Guterres, Secrétaire général des Nations unies a déclaré : « La violence à l’égard des femmes et des filles détruit des vies et est source de souffrance de génération en génération ».

Cette participation marque ainsi l’adhésion de la Côte d’Ivoire à cette initiative qui s’inscrit pour la Côte d’Ivoire dans l’atteinte des objectifs de développement durable (Odd). Surtout en ce qui concerne la violence contre les femmes et les filles considérée  comme un obstacle à l’égalité hommes-femmes et, à l’émancipation des femmes et des filles.

Parlant du contexte mondial de la violence contre les femmes et les filles, le Pr Mariatou, a indiqué que cela constitue une des violations des droits de l’homme les plus répandues et les plus dévastatrices à l’échelle de la planète.  Aussi a-t-elle souligné qu’elle touche toutes les sociétés, dépasse les frontières générationnelles, socio-économiques, éducatives et géographiques.

A titre d’exemple, plus de 700 millions de femmes dans le monde ont été mariées avant l’âge de 18 ans. Sur ces femmes, plus de 1 sur 3 (quelque 250 millions) ont été mariées avant l’âge de 15 ans. Au moins 200 millions de femmes et de filles ont subi des mutilations génitales dans 30 pays.

Pour la ministre ivoirienne, cette rencontre de haut niveau a tenu toutes ses promesses. Surtout qu’elle s’est déroulée en présence du Secrétaire général de l’Onu, de la Directrice Exécutive de ONU-Femmes et de la Vice-présidente de la Commission de l’Union Européenne.

Il faut souligner que le document officiel matérialisant le lancement de l’initiative «Spotlight» a été signé par Mme Federica Mogherini (Haute représentante de l’UE et vice-présidente de la Commission), Neven Mimica (Commissaire chargé de la coopération internationale et du développement), M. António Guterres (Secrétaire général des Nations unies), Mme Amina Mohammed (vice-Secrétaire générale des Nations unies).

Signalons que « l’initiative “Spotlight ” » de l’Union européenne (l’Ue) et des nations unies est un fonds d’investissement innovant en matière d’égalité hommes-femmes et d’émancipation des femmes. Il est financé au moyen d’un fonds fiduciaire multipartenaires dont l’Ue est le principal contributeur. Et est ouvert à d’autres donateurs.

De façon opérationnelle, au cours des prochaines années, des programmes globaux seront mis en œuvre pour mettre fin à toutes les formes de violence à l’égard des femmes et des filles, telles que les violences sexuelles et sexistes et les pratiques préjudiciables, la traite et l’exploitation économique (exploitation au travail), les femicides (meurtre d’une femme, lorsque le mobile est le fait que cette personne est de sexe féminin., et la violence domestique et familiale).

Les principaux domaines d’intervention seront, notamment le renforcement des cadres législatifs, le renforcement des politiques et des institutions, la mise en place de mesures préventives, l’accès aux services et l’amélioration de la collecte de données en Afrique, en Amérique latine, en Asie, dans le Pacifique et dans les Caraïbes.

Mfpes

Réactions