Blogosphère ivoirienne : « la guerre des tranchées »

Deux organisations désormais pour « défendre » les intérêts des blogueurs de Côte d’Ivoire. Après l’Association des Blogueurs de Côte d’Ivoire (ABCI, créée en août 2013), l’Union Nationale des Blogueurs de Côte d’Ivoire (UNBCI) vient de naître ce lundi 7 décembre 2015 par une « assemblée générale constitutive ».

Cela vient confirmer les soupçons de dissensions qui existaient entre certains membres de l’ABCI désormais, tête de file de la nouvelle Union. Mais ces derniers s’en défendent et parlent plutôt de liberté d’association… au nom de la Constitution .

De mondoblog à UNBCI

Ce sont au total une vingtaine d’acteurs du web qui se sont réunis à la « Maison de la Presse au Plateau » pour définir les « statuts et règlements intérieurs » de l’UNBCI et désigner son président. C’est le blogueur Moussa Bamba qui a été choisi pour conduire les rênes de l’Union Nationale des Blogueurs de Côte d’ivoire.

«  Nous avions voulu au départ une amicale des Mondobloggeurs (Projet initié par Radio France Internationale, ndlr) mais après, nous avons jugé bon de l’ouvrir à tous ces passionnés du blogging. Informer et Former, tous ceux qui ont la passion de l’écriture web est notre défi», affirme Moussa Bamba, par ailleurs Commissaire aux comptes adjoint de l’ABCI.

La nouvelle organisation dit vouloir « donner un souffle nouveau » à l’environnement du blog en Côte d’Ivoire.

L’ABCI Fair Play ?

Du côté de l’ABCI on accueille sobrement la venue du « nouveau ».

« Au nom de la liberté d’association, l’UNBCI est la bienvenue », indique Donatien Kangah, Secrétaire Général de l’Association des Blogueurs de Côte d’Ivoire. Il précise également que « c’est à l’Assemblée Générale de se prononcer » sur le cas de ses membres statutaires qui militent pour une autre association similaire. « Nous sommes dans la procédure de renouvellement, le comité électoral est déjà constitué, c’est juste un consensus de date avec ce comité qui retarde les choses ».

Et justement, ce retard dans la tenue de l’Assemblée Générale semble être l’une des clés de discorde.

Selon les membres de l’UNBCI : « le mandat du bureau actuel de l’ABCI a pris fin depuis aout 2015. Depuis cette date, aucune Assemblée Générale ne pointe à l’horizon ». « Le Bureau actuel reste au commande jusqu’à la nouvelle AG » répond-t-on à l’ABCI qui précise « qu’aucune démission à ce jour n’a été enregistrée ».

Une guerre de Génération ?

Cela transparait clairement. Des ex( ?) membres de l’ABCI ne sont plus en odeur de sainteté avec cette Association. Même s’ils brandissent le droit constitutionnel de liberté d’association, les raisons des divergences semblent être au-delà de simples apparences. Mais certains blogueurs préfèrent ne pas parler de guerre.

« C’est aussi une question de génération. N’oublions pas que l’ABCI est née à l’initiative de ceux qu’on qualifie (à tord ou à raison) d’anciens », commente Israël Yoroba.

Pour ce blogueur et membre de l’ABCI, il y a une nouvelle génération de blogueurs qui est née et « qui souhaite voir les choses autrement.  A sa façon »« Je pense que c’est le cas de l’UNBCI. Ce n’est pas une mauvaise chose en soit.  Mais il faut veiller à ce que cela ne soit pas perçu comme une dissidence » ajoute-t-il.

« Ce n’est pas une dissidence »,  clarifie Moussa Bamba. Le président de l’UNBCI se dit conscient de la tâche qui l’attend. « Le plus dur commence », écrivait-il sur son profil Facebook, aussitôt élu.

Julien Appia. 

Réactions

Vous aimerez aussi...