[Fiction] Dans les coulisses du remaniement de janvier

Alassane Ouattara est en colère, disent ses proches. Le Président ivoirien l’est au point de laisser sous-entendre un remaniement ministériel dans les jours à venir. Volonté révélée lors du Conseil des ministres du mercredi 23 décembre 2015. Surprise au niveau des ministres. Jusque-là habitués aux félicitations médiatiques à leur endroit. Le contexte de l’annonce du Chef de l’Etat est différent de celui du lendemain des élections. Surtout l’affaire Sorogate (qui met dans le viseur le ministère des affaires étrangères, le ministère de l’intérieur), mais aussi l’affaire Yacou Le Chinois qui vient de voir l’éviction du régisseur de la Maca. Le Garde des Sceaux sera-t-il touché ?

En plus, l’ambiance au sein Rassemblement des Houphouetistes pour la Démocratie et la Paix (RHDP) n’est plus la même.  Et pourquoi le Front populaire ivoirien (parti de Laurent Gbagbo), ne ferait pas son entrée au Gouvernement ?

Bref. L’équipe de l’Essentiel se réinvite à la table des négociations, pour prendre part à ce remaniement. On nage en pleine fiction. A quelques individus près.

1-Premier Ministre : M. Daniel Kablan DUNCAN

Au nom du RHDP, Duncan en tant que Chef du gouvernement reste en place. Trop tôt pour le changer. Alassane Ouattara attendra certainement le « meilleur moment » pour jouer une autre carte: une « vice-présidence » ? Après le referendum certainement. Pour l’heure, Kablan Duncan va faire profiter de son expérience et de son expertise de technocrate tout en sauvegardant l’alliance RDR/PDCI.

2-Ministre de la Défense :Gaston Ouasséna Koné.

Officier supérieur, homme politique et romancier ivoirien, c’est un vieux routier. Le général Gaston Ouassénan Koné, député de la circonscription de Katiola-Timbé et Fronan et président du groupe parlementaire PDCI (Parti démocratique de Côte d’Ivoire), n’est pas un personnage inconnu dans la sphère politico-militaire ivoirienne. Il a successivement occupé les postes de Secrétaire d’État à l’Intérieur en 1974 et de Ministre de la Sécurité en 1977 sous l’autorité du Président Félix Houphouët-Boigny et du Président Henri Konan Bédié, dans le Gouvernement Kablan Duncan en 1993.

4-Ministre de l’Intérieur : M. Bamba Cheick Daniel

Préfet hors classe, Bamba Cheick Daniel n’est pas en terrain inconnu. Il a été sous Laurent Gbagbo, ministre de l’Administration du territoire. Sa maitrise de la « préfectorale » l’a ramené (à un degré moindre) à être le Directeur de Cabinet de Hamed Bakayoko alors Ministre de l’intérieur et de la sécurité. Mais, on sait que l’humilité est la force tranquille du patron de la fédération du taekwando, grand amateur de Reggae.

5-Ministre d’Etat, ministre des affaires étrangères : Hamed BAKAYOKO

A 50 ans, il fait partie des plus anciens ministres. Repêché à deux reprises sous les gouvernements de Laurent Gbagbo et précédemment ministre de l’Intérieur, Ham’Back, comme on le surnomme, prend ses distances avec la jeunesse, le monde de la nuit et d’Assinie, celui des TIC, mais également avec le monde « visible » de l’exécutif. Le Patron des « frères lumières » embrasse le monde de la silencieuse et influente diplomatie économique et internationale. Désireux de combler son retard vis-à-vis de son concurrent, le Président Guillaume Soro, Hamed va renforcer ses appuis extérieurs et se préparer. Preuve à l’appui : il est invité à l’investiture du nouveau président burkinabè.

6-Ministre d’Etat, ministre de l’Economie et des Finances :Thierry Tanoh.

 remplace Charles Koffi Diby dans notre précédent gouvernement fictif. Trop de bruit de casseroles autour de ce dernier. Surtout dans la gestion de l’Affaire Soro Gate. Il lui est reproché un manque de charisme et de diplomatie active. C’est également l’occasion pour Alassane Ouattara de passer à autre chose. Le ministre Diby est en poste depuis au moins une décennie.

7-Ministre de la Fonction Publique : M. Ibrahima CISSE BAKONGO.

Pas d’aménagement technique pour cet habitué des affaires universitaires. Il ne bouge pas.

8-Ministre du Commerce et des Transports :Jean-Louis BILLON

L’ancien Président de la Chambre de Commerce et d’Industrie de Côte d’ivoire reste au commerce mais le portefeuille de l’Artisanat lui est retiré. Cependant, il acquiert le mministère du Transport. En reconnaissance pour sa loyauté ?

9-Ministre de la Communication : M. Samba Koné

C’est tout d’abord un homme courtois, simple, humble, un gentleman, un agencier et un journaliste rompu au métier. Ancien président de l’OLPED et ancien DG de l’AIP, il est également consultant et Imprimeur. Un des rares experts du secteur à faire la différence entre la communication et l’information. Il est président du Riaam, le réseau des instances d’autorégulations de médias africains. C’est lui qui a conduit le comité scientifique des Etats généraux de la presse en 2012. Plusieurs fois approché, il a dit oui, cette fois-ci.

10- Ministre de la Culture de l’Intégration et de la Francophonie: M. Alfred Dan Moussa

Journaliste de métier, ancien Président de l’OLPED, consultant, ADM est le premier docteur en journalisme en Côte d’Ivoire. Après de longues expériences à Fraternité matin, il a dirigé l’Institut des Sciences et techniques de la Communication (ISTC). C’est l’ancien Président de l’Union de la Presse Francophone (UPF) et une voix qui compte et qui mérite d’être à nouveau entendue. Un ministère sur mesure pour cet homme d’ouverture et qui prône la médiation au quotidien.

11-Ministre du plan et du Développement : Mme. Ginette-Ursule YOMAN

« La petite » comme l’appelait le Premier Ministre Seydou Diarra. Ancienne collaboratrice de TidjaneThiam, ex-Secrétaire d’Etat à la gouvernance et au renforcement des Capacités et Présidente du Conseil de gestion du Centre d’Education à Distance de Côte d’Ivoire, ancienne de la BAD, Intead Fontaine bleau, c’est une femme d’expérience et de conviction qui a par ailleurs collaboré dans ce ministère à l’époque de Feu le Ministre Paul Bohoun Bouabré.

12-Ministre délégué à l’Economie Numérique : M Isaac Gnamba-Yao

L’ancien DGA de la Poste de Côte d’Ivoire vient du privé, il est par ailleurs secrétaire national au numérique au sein du RDR. Sous sa coupole, plusieurs reformes ont fait revivre la Poste.

13- Ministre de la Santé et de la Lutte contre le Sida : Mme Raymonde Goudou COFFIE

L’absence de cas d’Ebola en Côte d’Ivoire est à mettre à son actif. Ce, par le plan proposé et déployé. Le Docteur COFFIE garde son fauteuil.

14-Ministre de l’Education Nationale et de l’Enseignement Technique : Danièle Boni Claverie

Akissi Danièle Boni-Claverie est la présidente de l’Union républicaine pour la démocratie (URD), un parti proche de Gbagbo.  Précédemment issue des rangs du PDCI, elle a été ministre au sein du gouvernement de Daniel Kablan Duncan (au temps du Bédié). De décembre 2010 à avril 2011, elle est ministre de la Femme, de la Famille et de l’Enfant dans le gouvernement Aké N’Gbo (Gouvernement Gbagbo). En la mettant à ce poste le Président Ouattara confirme sa volonté d’ouvrir une lucarne (aussi petite soit-elle) à l’opposition.

15-Ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique : Pr BAKAYOKO-LY Ramata

 L’actuelle présidente de l’Université Félix Houphouët-Boigny (UFHB) connait bien le monde de l’enseignement supérieur et les réalités du milieu.

16-Ministre de la Justice, garde des sceaux : M. Zoro Bi Ballo

 On le surnomme « le juge de Ouattara ». C’est lui qui lui a délivré un certificat de nationalité alors qu’il était Juge à Dimbokro (Centre-Est). Après un passage rapide à la tête du Comité National des 8e Jeux de la Francophonie (Abidjan 2017), Zoro Bi Ballo fait son entrée au gouvernement dans un département sensible.

17-Ministre du Tourisme : M. Roger KACOU

Ancien manager du secteur hôtelier, il fait bouger les lignes à l’heure où la Côte d’Ivoire redémarre dans ce secteur, autant le garder sous la main. Le président Ouattara l’a bien compris.

18- Ministre de l’Artisanat et des PME :Issa Coulibaly.

Un douanier succède à un douanier. Il remplace Gnanmien  Konan  dans notre gouvernement fictif. C’est un protégé d’Amadou Gon Coulibaly.

19-Ministre PTIC : M. Jean Philippe Kaboré

Il était jusqu’à très récemment, le Secrétaire Exécutif du Comité National de Migration vers la TNT (CNM-TNT). Jean Philippe est aussi le fils d’Henriette Diabaté, la Grande Chancelière. Une très proche d’Ouattara. Ancien DG de Télésud, il rejoint un secteur qu’il connait bien après avoir lancé la TNT en Côte d’Ivoire et appuyer la campagne présidentielle de son oncle au Burkina-faso.

20- Ministre de la Jeunesse et de l’Emploi : Sidi Tiémoko Touré

Il y a quelques temps, il était encore ministre délégué auprès du Président de la République chargé de la Promotion de la jeunesse et de l’Emploi des jeunes. Le Jeune ministre voit son poste renforcé et récupère par la même occasion le ministère de l’emploi. L’ancien Chef de Cabinet de Ouattara fait le grand saut et atterrit avec un ministère « Plein pouvoir ».

21-Ministre des Affaires Sociales, de la Femme et l’Enfant : Mme Anne Désirée OULOTO

.« Maman Bulldozer » ne bouge pas. Cette fille de l’Ouest de la Côte d’Ivoire est un pion stratégique de géographie politique

22-Ministre de l’Energie, du Gaz et du Pétrole : M. Adama TOUNGARA

Le financier d’Alassane, comme le surnomment les observateurs, fait son retour dans un spectre plus complet. Cet homme d’affaires texan connait le secteur comme sa poche.

23-Ministre de l’Environnement et des Eaux et Forêts : Général Akissi Kouamé

Médecin-Militaire et première femme Général de Brigade.

24-Ministre l’Urbanisme, de l’Habitat  et de l’Aménagement du Territoire : Guillaume Koffi

C’est un Architecte bien connu qui partage le développement de son cabinet avec un autre fils d’Henriette Diabaté. Guillaume Koffi était aussi par ailleurs le Commissaire du Salon Archibat et son épouse évolue dans la décoration d’intérieure. Le couple a su prospérer avec tous les régimes qui se sont suivis.

25-Ministre des Infrastructures Economiques : M. Patrick Achi Jérôme

Indéboulonnable. Patrick reste en place. Il connait bien le domaine.

25-Ministre des Sports et Loisirs

Aucun nom pour l’instant. Mais ce poste pourrait bien être « cedé » au Front populaire ivoirien (Version Affi N’guessan)

Réactions

Vous aimerez aussi...