Gabon: Le ministre de la Justice démissionne

Sa loyauté lui a valu le poste de deuxième vice-premier ministre lors du dernier remaniement gouvernemental de 2014. Jusqu’ ici Séraphin Moundounga a été pourtant une des personnalités politiques les plus proches d’Ali Bongo. Cependant, ce lunsi 5 Septembre 2016, il a précisé qu’il démissionne de ses fonctions au parti Démocratique Gabonais, mais aussi de celle du ministère de la justice.

Après l’annonce des résultats, Il a demandé le « recomptage des voix bureau de vote par bureau de vote et procès-verbal par procès-verbal », parlant d’une paix gravement menacée au Gabon, et ajoutant au micro de RFI qu’il démissionne.

Le pays toujours dans l’impasse

A la suite du début de procès des personnes arrêtées au QG de Jean Ping, c’est l’une des pièces maîtresses du pouvoir Bongo qui jette l’éponge pour selon lui « bénéficier de [sa] totale liberté, afin d’œuvrer avec le peuple gabonais à ce que la paix soit garantie dans le pays ».

Pendant ce temps, Le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Marc Ayrault, a également exprimé « sa vive préoccupation » au sujet d’une dizaine de compatriotes, dont la France est sans nouvelles depuis le début des troubles. De source diplomatique, il s’agirait de personnes ayant la double nationalité franco-gabonaise.

L’opposant Jean Ping, a quant à lui appelé les Gabonais à résister par tous les moyens pour faire tomber le président réélu. « Puisqu’ Ali Bongo veut tuer les Gabonais, je déclare le Gabon pays mort » écrit-il dans un « Message à tout le peuple gabonais »,  sur les réseaux sociaux, invitant ses concitoyens à ne pas user de la violence.Mais plutôt à résister par  le blocage économique du pays.

David Dolégbé

Réactions