Gouvernance et inclusion financière – Vers l’automatisation et la digitalisation des paiements de l’Etat

L’étude diagnostique sur la numérisation des paiements de l’Etat a été lancée ce lundi 2 octobre 2017, au 20ème étage de l’immeuble Sciam, par le directeur de cabinet du ministre de l’Economie et des Finances, Adama Coulibaly. En présence du directeur de cabinet du ministre de l’Economie numérique et de la Poste, André Apété et celui du secrétariat d’Etat chargé du Budget et du Portefeuille de l’Etat, Karim Traoré.  L’étude qui prépare à l’automatisation et la digitalisation de tous les paiements de l’Etat via les moyens électroniques, est d’une importance capitale pour la Côte d’Ivoire, au dire d’Adama Coulibaly.

Il a rappelé que la Stratégie de développement du secteur privé (SDSF) adoptée par le gouvernement en 2014 met un accent particulier non seulement sur la question de l’inclusion financière mais également sur la digitalisation des paiements. Justement, l’étude en cours induira une forte bancarisation des populations, tout en induisant l’autonomisation des processus, la sécurisation des opérations financières et une rapide digitalisation de l’ensemble du secteur privé. Elle devrait aussi entrainer une collecte plus accrue de l’épargne, alors que seulement 16% de la population est bancarisée et 34% détiennent un compte-monnaie électronique.

L’étude rentre dans le cadre du programme d’assistance technique sur l’inclusion financière mené avec l’appui de la Banque mondiale dont une mission séjourne actuellement en Côte d’Ivoire à cet effet. Cette première session qui durera du 2 au 11 octobre 2017 permettra d’évaluer les flux actuels de paiements émis et reçus par le gouvernement, d’évaluer et rédiger les processus détaillés et les caractéristiques fonctionnelles pour le passage à la numérisation. Elle devrait  également permettre de développer un cadre légal et réglementaire favorable et renforcer les capacités des effectifs de l’administration pour une meilleure appropriation du processus. Le chef de mission de la Banque mondiale, Marco Traversa, a souligné l’importance pour la Côte d’Ivoire de mener à bout le processus engagé.

Cette institution de Bretton Woods soutient la Côte d’Ivoire dans sa volonté de disposer d’un secteur financier solide, capable d’accompagner efficacement le développement économique. Un appui qui profite énormément à l’administration financière dans la mise en place de la stratégie de développement du secteur financier qui s’exécute de façon suffisante, à travers le programme de développement du secteur financier (PDESFI).

 

Emmanuel Akani

Réactions