La France et la Belgique à nouveau visée par le terrorisme

Ce mercredi 15 juin 2016, le quotidien belge La « Dernière Heure » a publié une note alarmante transmise par la cellule antiterroriste belge et adressée à tous les services de police du territoire.

« Des combattants auraient quitté la Syrie il y a environ une semaine et demie afin de rejoindre l’Europe […]. Ces personnes se sépareraient en deux groupes, l’un pour la Belgique, l’autre pour la France, afin d’aller commettre des attentats par groupe de deux. Selon les renseignements recueillis, ces personnes seraient déjà en possession de l’armement nécessaire et leur action serait imminente. »

La France et la Belgique sont plus que jamais dans le viseur du groupe État islamique, selon ces informations. Toujours selon la note retranscrite par le quotidien belge, « trois cibles sont citées [en Belgique, NDLR], un grand centre commercial bruxellois, un restaurant (non localisé) d’une chaîne de fast-food américaine et une cible policière, de type commissariat (non localisé) ».

La France en Etat d’alerte maximum

Les services antiterroristes sont en état d’alerte maximum après les événements tragiques de ce Dimanche 12 et Lundi 13 Juin 2016 qui ont secoué l’Europe.

Ce Dimanche 12 Juin 2016, au moins 50 personnes sont décédées dans l’attaque menée contre une boîte de nuit gay à Orlando. Le lendemain, lundi 13 juin 2016, un policier de 42 ans en civil devant son domicile et sa compagne, également fonctionnaire sont assassiné. L’assassinat est revendiqué plus tard par L’agence Amaq, liée au groupe État islamique.  Ce groupe terroriste reconnait le tueur comme l’un de ses membres.

Face à cette situation dans laquelle est plongée l’Europe, Manuel Valls, Premier Ministre français a interdit une manifestation qui devait se tenir ce mercredi 15 juin 2016.  Quelques heures plus tard, François Hollande réagit.

«A un moment où la France accueille l’Euro, où elle fait face au terrorisme, il ne pourra plus y avoir d’autorisation de manifester si les conditions de la préservation des biens et des personnes et des biens publics ne sont pas garanties», a précisé le porte-parole du gouvernement, Stéphane Le Foll.

Lisette Anoh

Réactions

Vous aimerez aussi...