Lutte contre la peine de mort en Côte d’Ivoire : L’ACAT-CI poursuit son plaidoyer

A l’initiative de l’Action des chrétiens pour l’abolition de la torture de  Côte d’Ivoire (Acat-ci), une cérémonie a eu lieu à la Fondation Friedrich Naumann pour la liberté, à Cocody.

Lutte contre la peine de mort en Côte d’Ivoire : L’ACAT-CI poursuit son plaidoyer

La 15ème journée mondiale contre la peine de mort a été célébrée, ce mardi 10 octobre 2017. La Côte d’Ivoire n’est pas restée en marge de cette célébration.

Cette journée a eu lieu autour d’un panel. Eugène Bilé, président du Conseil d’administration de l’Acat-ci a donné les raisons de leur volonté à tout mettre en œuvre pour abolir la peine de mort. Il a indiqué que la décision de justice n’est pas infaillible étant donné que la vérité de justice repose sur des preuves. «  Sur le plan religieux, la vie est humainement sacrée et rien ne justifie qu’on ôte la vie à un être », a-t-il fait savoir. Avant d’inviter les autorités ivoiriennes à ratifier le deuxième protocole facultatif se rapportant au pacte international relatif aux droits civils et politiques visant à abolir la peine de mort (OP2).

Pour Yves N’Guettia, porte-parole du groupe de travail pour le plaidoyer,  il a fait observer que plusieurs raisons militent pour la ratification de l’OP2. Ce sont, a-t-il détaillé, rendre définitive et irréversible l’abolition de la peine de mort de sorte à éviter une remise en cause de l’abolition de la peine de mort, renforcer la protection des droits de l’homme et prendre un engagement solennel en matière d’abolition de la peine de mort.

Pour rappel, il faut noter que cette journée consistait pour  l’Acat-ci de relever le caractère discriminatoire de la peine de mort et donner les raisons de la ratification de  l’OP2.

 

Mémoué Diomandé

Réactions