Mali: un entrepôt de vivres humanitaire pillé

A Kidal, au nord du Mali, un entrepôt de vivres destinés à l’assistance humanitaire a été pillé par des habitants, ce lundi 6 juin. Les denrées devaient couvrir, pendant un mois, les besoins alimentaires de plus de 11 000 personnes vulnérables réparties dans les 11 communes de Kidal.

Ute Kollies, chef du bureau Ocha-Mali dénonce ce pillage survenu à Kidal et ses conséquences pour les plus vulnérables, d’autant qu’il intervient peu avant la période de soudure et alors que la pluie risque de couper les routes d’acheminement de l’aide.

« C’est un événement très difficile à gérer parce que Kidal en tant que région est déjà difficile [d’accès]. Nous avons eu un pré-positionnement de denrées dans la région pour assurer que les [personnes] vulnérables recevront le soutien nécessaire pendant la saison de soudure. Et les conséquences de ce comportement sont très graves parce que la distribution a été faite de manière anarchique et les personnes qui sont les plus vulnérables sont les personnes qui sont maintenant démunies », explique-t-elle.

Alors comment expliquer que ce pillage ait eu lieu ? Certains habitants de Kidal évoquent une partialité dans la distribution qui aurait poussé les personnes frustrées à s’attaquer au dépôt.

L’Ocha conteste cette vision des choses : « Les évaluations dans n’importe quelle région sont faites avec des indicateurs concrets qui [précisent quelle] est la vulnérabilité des populations sur place. Malheureusement, la perception de certaines personnes dans la région est qu’une certaine [catégorie] de la population est délaissée. Ils remettent en question la neutralité des humanitaires. Je suis à 100 % convaincue que les évaluations se sont faites avec une méthodologie acceptable par tout le monde. C’est important de comprendre que la vulnérabilité est l’indicateur le plus important pour nous ».

Julien Appia Rfi

Réactions

Vous aimerez aussi...