RDC : l’Eglise catholique se retire du dialogue national

 

L’Église catholique en République démocratique du Congo a annoncé dans un communiqué, ce mardi 20 septembre 2016, qu’elle suspend sa participation au « dialogue national » en cours. Et ce, « afin de faire le deuil » après 48 heures de violences meurtrières à Kinshasa.

« Il devra être clairement établi et stipulé » dans l’accord politique devant être forgé à l’issue de ce forum, « que l’actuel président de la République ne sera pas candidat à la prochaine élection présidentielle à organiser le plus tôt possible », écrit la Conférence épiscopale nationale du Congo (Cenco) dans ce communiqué.

Les échauffourées entre policiers et manifestants à Kinshasa, le lundi 19 septembre 2016, ont fait au moins 17 morts, dont trois policiers, selon un bilan officiel encore provisoire.

Au moins sept partis d’opposition ont vu leurs sièges attaqués par des hommes armés, et incendiés, à commencer par celui de l’UDPS, le principal groupe d’opposition à l’Assemblée nationale.

« La permanence est partie en flamme quand un commando a lancé l’assaut. Ce sont des gens qui sont armés par le gouvernement et qui lui obéissent », accuse Bruno Tshibala, le porte-parole de l’UDPS. Le raid aurait fait « 20 morts », selon lui.

Les Kinois sont sortis en nombre à l’appel de plusieurs partis d’opposition, demandant la convocation de l’élection présidentielle dans les délais constitutionnels. Aux dernières nouvelles, c’est un calme précaire que l’on observe dans les rues de la capitale congolaise.

Guy de Bagnon avec AFP

Réactions

Vous aimerez aussi...