Sécurité : les attaques se multiplient au Burkina

Le Burkina Faso fait l’objet de plusieurs attaques depuis quelque temps. Trois personnes ont été tuées dans la nuit de mardi 31 mai au mercredi 1 juin 2016 à la suite d’une attaque armée selon le ministre de la Sécurité Simon Compaoré burkinabé.

Il s’agit d’un poste frontalier à Intangom dans le Nord du Burkina près de la frontière malienne. L’attaque a eu lieu entre 22h et 23h. Plusieurs douilles ont été retrouvées sur les lieux et les assaillants qui seraient venus à motos, ont réussi à emporter des armes, précise notre interlocuteur.

Selon AIB (Agence d’Information du Burkina) « plusieurs douilles ont été retrouvées sur les lieux et les assaillants « qui seraient venus à motos, ont réussi à emporter des armes ».

Des attaques en cascades

Une attaque similaire a fait deux blessés (policiers) et des motos incendiés, le 17 mai au poste de police à Koutougou (135 Km de Djibo).Soldiers secure the area in front of Splendid Hotel in Ouagadougou
Le Burkina Faso, à l’instar des autres pays de la sous-région est confronté à la menace terroriste.

Des hommes lourdement armés ont attaqué la mine de manganèse de Tambao, (Nord) avant d’enlever un Roumain chargé de la sécurité des lieux. Le 15 janvier 2016, un couple australien, le Dr Kent Elliott et sa femme avait été enlevés précisément à Djibo, à l’extrême nord.

Mme Elliott a été libérée quelques jours plus tard au Niger, alors que son époux est toujours entre les mains de ses ravisseurs. Le même jour une attaque terroriste revendiquée par Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI), a fait une trentaine de morts dans la capitale Ouagadougou. Fin juin 2015, le poste de douanes de Déou, dans le Nord du Burkina Faso (frontalier avec le Niger et le Mali), a aussi été attaqué à la Kalachnikov, faisant des blessés.

Julien Appia avec AIB

Réactions

Vous aimerez aussi...